Sub Pop

Sub Pop, LE label de la scène indé de Seattle, a été fondé en 1986 par Bruce Pavitt et Jonathan Poneman. A son actif, trois disques de platine et un disque d’or, mais surtout le lancement de « petits » nouveaux (alors) : Afghan Whigs, L7, Soundgarden, Super Suckers, Sebadoh, Green River (première formation de Mudhoney), the Rapture, Red House Painters, les Thugs, The Walkabouts, Big Chief…

Comme un grand nombre de labels, Sub Pop est né d’un fanzine, Subterranean Pop, créé par Bruce Pavitt à Olympia. Pour le quatrième numéro, Pavitt raccourcit le nom en Sub Pop et lança une série de numéros spéciaux avec, en bonus, des K7 compilations de groupes indé. The Sub Pop #5, publié en 1982, se vendit à 200 exemplaires. En 1983, Pavitt s’installa à Seattle et sortit le 9ème et dernier numéro du fanzine. Il se lança ensuite dans la production. Le premier album fut une compilation, Sub Pop 100, avec Sonic Youth, Naked Raygun, et des groupes punk dont The Wipers et The U-Men, entre autres.

C’est en apportant 20 000 $ pour la production du premier single de Soundgarden, Hunted Down/Nothing to Say, en juillet 1987, que Jonathan Poneman  devient l’associé de Pavitt. Poneman, producteur et DJ à la radio KCMU,  se chargea des affaires commerciales et juridiques, pendant que Pavitt d’occupait des aspects A&R. Comme beaucoup d’autres labels ancrés sur une scène locale, de Motown à Détroit à SST, Sub Pop choisit sa scène: Seattle et son fameux son. Le logo, repris du fanzine, puis progressivement modifié, devint le fer de lance de leur communication.

En 1987, le label s’adjoint les services du producteur Jack Endino, réputé pour enregistrer vite et pas cher, ce qui explique la prolixité de Sub Pop durant ces deux années. Les mêmes techniques de studio étaient utilisées pour chaque enregistrement, ce qui donna un son semblable et bien identifiable aux disques. Au total, Endino produisit 75 singles, EPs et albums entre 1987 et 1989 pour le label.

En août 1988, Sub Pop sortit le premier single de Mudhoney, Touch Me I’m Sick, en 800 exemplaires ; en novembre, le premier single de Nirvana, Love Buzz, une reprise du groupe néerlandais des années 1960, Shocking Blue. Love Buzz fut aussi le premier à entrer dans le « Club des Singles Sub Pop », un service d’abonnement qui permettait aux abonnés de recevoir les singles du label chaque mois. A son apogée, en 1990, le Club comptait 2 000 abonnés.

Le 15 juin 1989, le label sort premier album de Nirvana, Bleach, en cassette et vinyle 7 ». Le succès commercial est relatif (environ 40 000 copies). Avec le passage du groupe chez Geffen l’année suivante, et la déferlante Nevermind, Sub Pop et Geffen ressortiront le disque, enrichi de deux morceaux en plus. Il deviendra disque de platine, et reste la meilleure vente de Sub Pop.

En 1990, le label signe The Afghan Whigs, qui est le premier groupe qui n’est pas originaire d’Amérique de l’Ouest et sort leur deuxième album Up in It.

Face au manque d’intérêt de la press mainstream américaine, le label s’engagea puis multiplia les opérations de comm dans la presse musicale anglaise. Avec succès. Selon Pavitt, « je sentais vraiment que les Anglais et les Européens voulaient voir quelque chose qui ne suivait pas les règles, qui était un archétype américain.. Quelque chose de primal et qui venait vraiment des racines du rock & roll, qui était très américain ».

Après le départ de Nirvana pour Geffen Records, les royalties touchées par Sub Pop sur les ventes de Nevermind permirent au label de Seattle de tenir les années suivantes. Ce départ fut le premier d’une longue série, qui vit la plupart des groupes grunge signer avec des majors.

En 1995, Poneman vendit 49% des parts du label à Warner Bros Records.

Les divergences de vues entre Poneman et Pavitt sur l’avenir du label (Poneman voulait que le label devienne plus grand et commercialement plus rentable) eurent raison du duo. En 1996, son fondateur, Pavitt quitta le label.

♦ Et depuis

En s’associant à Warner, le label perdit son identité ancrée à Seattle. A noter la signature de Hot Hot Heat, Coco Rosie, The Go, Sleater Kinney, Mogwai. En 2006, Sub Pop devint le premier label certifié Green-e, en utilisant une électricité entièrement produite à partir d’énergies renouvelables. En 2007, Sub Pop lança un label, Hardly Art, également partiellement détenu par Warner Music.

Bruce Pavitt prépare un livre sur l’histoire Sub Pop, et contenant la réédition complète de plusieurs numéros du fanzine, SUB POP U.S.A.: The Subterraneanan Pop Music Anthology, 1980–1988, qui sortira début 2014.

Le label a trois disques de platine, Bleach (Nirvana), Give Up (The Postal Service, 2003), Flight of the Conchords (Flight of the Conchords, 2008), et un disque d’or, Wincing the Night Away (The Shins, 2007).

♦ Plus

http://www.subpop.com/ et le catalogue: http://www.subpop.com/catalog/discography

http://pitchfork.com/features/interviews/7148-bruce-pavitt-and-jonathan-poneman/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s