A propos shaniponee

happy girl loves indie music

Sparkle Hard, nouvel album de Stephen Malkmus and the Jicks

Sparkle Hard

Sparkle Hard, le nouvel album de Stephen Malkmus and the Jicks, est sorti, quatre ans après Wig Out at Jagbags. Kim Gordon chante sur l’un des titres, Refute.

Pour l’écouter ou se le procurer, c’est ici.

Une tournée est annoncée en Europe cet automne (Royaume-Uni, Irlande, Berlin, Cologne, Amsterdam, Paris). Les dates sont publiées ici.

 

Publicités

Michael Stipe – Volume 1

 

michael-stipe-volume-1-6

Le livre de photos de Michael Stipe, Volume 1, a été publié (Damiani). Il comprend trente-cinq photos et a été réalisé en coopération avec l’artiste Jonathan Berger, directeur de la galerie 80 WSE (qui avait déjà travaillé avec Stipe, notamment sur le projet New Sights, New Noise). Il s’agit du premier ouvrage d’une série qui présente, dans une approche autobiographique, les activités de Stipe en parallèle de REM.

spinART Records

spinART Records était un label indépendant new-yorkais fondé par Jeff Price et Joel Morowitz à la fin 1991. Price raconta qu’alors stagiaire chez SBK Records, il avait été frustré du manque d’intérêt du label pour les groupes qu’il présentait et demanda à son ancien camarade de lycée, Morowitz, de l’aider à créer un label.

Le premier disque fut une compilation de 19 groupes, One Last Kiss, sortie au printemps 1992, qui reçut un très bon accueil de la presse musicale alternative et contribua à faire connaître l’association qui n’était alors pas un label. Le disque n’était en effet qu’une compilation de chansons, dont les artistes – amis ou connaissances de Price et Morowitz – étaient signés sur d’autres labels et avaient donné un accord verbal pour participer au projet de disque. Cependant, ceci forgea la réputation de spinART comme dénicheur de talents.

La particularité de spinART fut leur association avec les majors, ce qui était exceptionnel pour un label indé. Les labels indépendants se définissant par opposition aux majors, la très grande majorité d’entre eux refusaient tout lien avec l’industrie du disque. Price et Morowitz, au contraire, croyaient à une alliance indé-major. Morowitz expliquait dans Billboard (28 mai 1994) que cette alliance « est un moyen pour les majors d’avoir une meilleure connaissance de ce qui se passe dans la rue, et c’est génial pour les labels indé de pouvoir développer les groupes avec lesquels ils veulent travailler et d’avoir l’argent pour le faire, de vraiment aider ces groupes, au lieu de sortir le disque et juste le laisser rester là ».

Price et Morowitz, conservant la propriété du label, ont ainsi collaboré avec Columbia puis Giant pour le financement et Caroline pour la distribution.

Le label a produit plus de 220 disques, dont les albums de Frank Black And The Catholics, The Wedding Present, Vic Chesnutt, Eyes Adrift, The Apples in Stereo, Eels, The Revelers, Ron Sexsmith, Echo and the Bunnymen, etc.

Le label a été le premier dans l’industrie musicale à proposer son catalogue sous forme de téléchargement payant.

En dépit de ces succès, le label a fait faillite et cessé ses activités en 2007. Une partie du catalogue a été rachetée par One Little Indian.

♦ Et depuis ?

Jeff Price a fondé et a dirigé le distributeur TuneCore jusqu’en 2013 puis a créé Audiam, un service de gestion des droits d’auteur qui couvre les catalogues de milliers d’artistes. Joel Morowitz a créé deux sociétés de matériel de musique, Ecstatic Electric et Vintage Microphones.